Catégories

C’est quoi la gestion sous mandat ?

C’est quoi la gestion sous mandat ?

La gestion obligatoire est une expression financière qui signifie que le client confie la gestion de tout ou partie de ses actifs financiers à un expert en gestion financière. Les PAE, les comptes de titres et les contrats d’assurance-vie multisoutien sont les mieux adaptés à ce type de gestion. Cette option ou plutôt ce service était auparavant réservé à une clientèle haut de gamme, mais l’augmentation des banques en ligne pour promouvoir la démocratisation de la gestion mandatée. Quels sont les avantages d’une gestion obligatoire ? des limites ? les risques ? comment s’y abonner. Est-ce les questions auxquelles l’article répondra ?

A découvrir également : C'est quoi un marché cible ?

Gestion obligatoire : qu’est-ce que c’est ?

La gestion obligatoire signifie donner une délégation à un tiers (expert financier et/ou conseiller en actifs) pour gérer les investissements réalisés sur un support défini en fonction du profil de l’investisseur. En fait, la stratégie l’investissement est défini conjointement par l’investisseur et le gestionnaire en fonction des attentes de l’investisseur tant en termes de risque que de rendement potentiel qui en découlent. L’horizon d’investissement est également un facteur important. La stratégie peut également tenir compte de la sensibilité de l’épargnant quant au type de placements qui sont préférés ou évités en fonction de leurs titres. Par exemple, un investisseur peut demander qu’il favorise, dans la mesure du possible, des fonds d’investissement socialement responsables.

Le contraire de la gestion obligatoire est appelé gestion libre, de sorte que l’épargnant se fait face à choisir les moyens de communication pour placer son argent et faire les arbitrages nécessaires pendant la durée du contrat. Ce type d’investissement est adapté à 3 types de clientèle différents :

A découvrir également : Comment utiliser les codes promo pour faire vos achats en ligne ?

  • petits épargnants pour lesquels la gestion obligatoire n’est pas accessible parce qu’un seuil minimum de
  • dépôt

  • les clients prennent des risques et ne consacrent leur argent qu’à des investissements sans risque. Par exemple, un soutien en euros pour l’assurance-vie. En effet, dans ce cas, aucun risque n’est assumé et l’argent est garanti, de sorte que la contribution d’un conseiller financier est inexistante.
  • Les investisseurs expérimentés préfèrent rester libres dans leurs options de placement.

Avec la baisse des rendements de l’euro médiatique, un amour indéniable pour l’assurance vie et une plus grande accessibilité à la gestion obligatoire suite à l’émergence des banques en ligne, la gestion obligatoire devrait devenir de plus en plus fréquente.

Avantages de la gestion obligatoire

  • laisser de la place à un professionnel si l’épargnant manque d’expérience
  • économise même en cas de manque de temps ou de désir
  • visibilité parfaite dans les décisions prises (arbitrages, etc.) suivant surveillance périodique
  • possibilité d’effectuer des paiements et des retraits à tout moment

Les inconvénients de la gestion

L’ administration obligatoire n’est accessible qu’à partir d’un certain montant qui peut être très différent d’une banque à l’autre. Par exemple, pour l’assurance vie, elle est disponible à partir de 1000€ à Fortuneo et seulement à partir de 20000€ pour LCL.

Comment opter pour une gestion obligatoire

1/ Choisir l’investissement financier

Plusieurs investissements financiers offrent le choix entre la gestion ouverte et la gestion obligatoire. Ce dernier est principalement adapté aux investissements sensibles résultant des fluctuations boursières, domaine dans lequel la contribution d’un expert est loin d’être négligeable. Les produits qui offrent une gestion obligatoire sont donc les suivants :

  • assurance-vie multisoutiens
  • PEA (Plan d’épargne d’actions)
  • compte de
  • valeurs

Le choix de l’un de ses produits plutôt que d’un autre dépend de la liberté d’investissement, mais aussi des avantages fiscaux qui en découlent. Consultez notre article sur l’assurance-vie ou PEA qui détaille les avantages et les inconvénients de chaque solution.

2/ Définir le profil de l’investisseur

La définition du profil de l’investisseur est le point clé pour déterminer le type de gestion que vous choisissez. Ce profil peut être déterminé directement en ligne en suivant les réponses à certaines questions, après un entretien téléphonique ou auprès d’une agence. En fait, la gestion obligatoire peut également être appelée « gestion profilée » dans certaines institutions bancaires. L’aversion pour le risque sera l’un des déterminants qui détermineront le profil, car elle définit souvent la proportion d’actions qui constitueront le portefeuille à terme. Plus la part des actions est élevée, plus les attentes de bénéfices sont élevées, mais en retour, plus le risque assumé est élevé. À noter que plus le profil de gestion est dynamique (placements à risque), plus les investissements à long terme seront privilégiés pour atténuer les fluctuations à court terme des marchés financiers.

Les banques offrent généralement 4 à 5 profils en fonction du risque donné. Le nom est spécifique à chaque établissement, mais les noms les plus courants pour les profils sont les suivants (du moins risqué à risqué) :

  • défensive, prudente, modérée
  • équilibré
  • Dynamique
  • offensant

Le profil équilibré correspond généralement à 50 % des actions (plus risquées) et 50 % moins de soutien risqué (obligations, soutien à l’euro).

3/ Signature du mandat

Grâce à cette action, l’investisseur donne à la banque une procuration pour mieux gérer son portefeuille en fonction de son profil d’investisseur. Une fois que le contrat a été signé, le gestionnaire peut, par conséquent, prendre toute décision sur l’avantage du contrat sans en informer préalablement l’épargnant. Toutefois, ce dernier signale tout arbitrage et exécution au moyen de rapports périodiques.

Le mandat en tant que tel correspond au document contractuel doit comprendre les éléments suivants :

  • les noms des parties : investisseur (principal) et gestionnaire (agent)
  • profil de gestion
  • moyens financiers admissibles
  • la durée du contrat
  • rémunération du gérant
  • mode d’information des investisseurs

4/ Suivez l’activité de votre investissement

La gestion de vos économies à un tiers ne signifie pas un désintérêt total pour l’évolution de votre épargne. Contrairement à la gestion qui requiert une attention régulière, la direction mandatée nous permet de revenir en arrière, mais nécessite néanmoins une surveillance régulière. Cela est rendu possible par la mise en œuvre de rapports périodiques sur la prise de décisions du gestionnaire, ainsi que sur la performance de leurs économies. Le suivi est maintenant facile car il est accessible en ligne via votre espace client.

Qui propose une gestion mandatée ?

Toutes les banques offrent une gestion obligatoire, qu’il s’agisse de banques privées, de banques traditionnelles ou de banques en ligne. Cette dernière a également rendu plus accessible la gestion des mandats de gestion. Au contraire, les banques privées autorisent généralement ce type de gestion à partir de 100 000 euros. Par conséquent, dans certaines banques, la gestion mandatée est réservée à une clientèle de haut niveau et les échanges avec le gestionnaire de patrimoine sont facilités et plus nombreux parce que le nombre de clients qui en bénéficient est plus restreint.

Comparaison de la gestion des mandats pour les banques en ligne

Le coût de la gestion obligatoire varie et affecte généralement les frais de gestion facturés par la banque à la fin de l’année.

Voici une comparaison de certaines administrations mandatées :

minimum

3 Profils

A

Profil Numéro

de banque Frais de gestion du

seuil
Fortuneo 3 profils A partir de 1000€ 0.85%
BForBank à partir de €4.000 0.95%
Boursorama Banque 4 profils partir de 1000€ 0.85%
Darjeeling Direct Placement 11 profils A partir de 1000€ 1.00%

Pour faire le bon choix, il est également nécessaire de prendre en compte les performances passées des profils de management (en termes de rentabilité brute) pour comparer les différentes offres.

À ce titre, le capitaine Epargne compare les performances des dernières années dans le profil « équilibré ».

►Comparer les profils équilibrés d’assurance-vie

Articles similaires

Lire aussi x

Show Buttons
Hide Buttons